Discodoris boholiensis     Bergh, 1877
English version...

Cette espèce à été observée à : la Réunion, Mayotte, Seychelles


Ordre : Nudibranchia
Sous ordre : Euctenidiacea
Super famille : Doridoidea
Famille : Discodorididae
Distribution : Ouest Indo-Pacifique
Taille maximale : 80 mm, peut être 250 ?
Abondance : (Run) Rares observations sur la pente externe. (May) Rares observations dans le lagon

Critères d'identification :

Une fine bosse viscérale formant une fine crête médiane allant des rhinophores aux branchies.
   La coloration est marron avec des taches marron foncé et blanches.
  Ce nudibranche possède un fin et large manteau qui lui donne l'apparence d'un grand planaire.
   Les rhinophores sont brun foncé avec une ligne blanche le long de la partie basale de la face postérieure et le long de la partie supérieure de la face antérieure.
   Les branchies de teinte marron foncé sont soulignées de lignes blanches.

Discodoris boholiensis
Visualisation des critères d'identification...
Photo Emmanuel Eby
Réunion, Saint Leu : 40 à 50 mm

En savoir plus : Récapitulatif des observations et des périodes de pontes

Remarques :

Identification confirmée par Nathalie Yonow
    Synonymes : (d'après Worms)
          - Discodiris meta, Bergh, 1877

Données Bibliographiques :

Le large manteau de ce nudibranche peut s'autotomiser lorsqu'il est agressé .
    Ces nudibranches sont habituellement caché durant le journée, si vous l'observez de jour ce sera, rampant rapidement sur le fond à la recherche d'une zone d'ombre protectrice... Beaucoup d'animaux qui se cache le jour sont appellés photocinetiques, car ils se déplacent rapidement quand ils sont à la lumière, et ralentissent ou s'arrêtent lorsqu'ils passent à l'obscurité. Ce comportement leur permet de trouver un endroit sombre, ce qui signifie généralement un surplomb ou une crevasse ou ils pourront se cacher.
    Le manteau de Discodoris boholiensis est très fin et déformable, ce qui lui permet de se recroqueviller dans des formes étranges et ainsi de pouvoir se nicher dans des crevasses ou des colonies coralliennes, à l'abris de ces prédateurs.
    Ils se nourrissent d'éponges comme de nombreux nudibranches.

Références :

Bill Rudman Seaslug site : Sea Slug Forum : Discodoris boholiensis
   Nudipixel Discodoris boholiensis

Publications :

Bergh, L.S.R. (1877). Malacologische Untersuchungen. In: C.G. Semper, Reisen im Archipel der Philippinen, Wissenschaftliche Resultate. Band 2, Heft 12 : 495-546, Pls. 58-61.
    Dayrat B. (2010). A monographic revision of basal discodorid sea slugs (Gastropoda, Opisthobranchia, Nudibranchia, Doridina). Proceedings of the California Academy of Sciences. Series 4, vol. 61, suppl. I, 1-403, 382 figs.

Autres photos de Discodoris boholiensis :


Philibert Bidgrain

Mtsanga Mbouéanatsa à Mayotte, rampant sur le sable de jour sur le platier, moins de 1 m, 4 août 2008, taille : 40-45 mm

Ci-contre : Détail des rhinophores

Ci dessous : Face inférieure


Discodoris boholiensis E.Eby

Philibert Bidgrain


Mayotte, Mtsanga Jimaweni, moins de 1 m, 14 juillet 2010, taille : 50 mm

Un accouplement...


 

 

Eva Fontaine

Mtsanga sakouli, Mayotte,dans le lagon, moins de 1 m, rampant sur le sable, 18 octobre 2008, taille : 10-15 mm


Discodoris boholiensis M.Jay

 

 

Matthias Deuss

Mayotte, La case Robinson, moins de 1 m, 27 décembre 2010, taille : 25 mm


   Autres photos de l'Océan Indien

Mayotte, Discodoris boholiensis, par Sylvain Le Bris  

Seychelles, Discodoris boholiensis, à Mahé, par Christophe Mason-Parker